Accéder à l'Espace famille

Réseaux sociaux

Icone Facebook Icone Twitter Icone YouTube
Icone Instagram Icone LinkedIn

Info@Saran

Agenda

l m m j v s d
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
 
 
 
 
Ajouter à mon CalendrierSouscrire à Agenda de Saran

Traduire le site

Vous êtes ici

Vœu du conseil municipal de Saran contre la hausse des dépenses énergétiques

Comme tous les Français, la ville de Saran subit de plein fouet la hausse des dépenses de l’énergie. Avec des hausses du chauffage et de l’électricité envisagées de 60 % à 100 % à partir de 2023, la commune se retrouve dans une situation insupportable.

Dans notre ville, nous n’avons pas attendu les appels de votre gouvernement pour investir dans la transition écologique, notamment par la réalisation d’une étude thermique de l’ensemble de nos bâtiments municipaux en 2016 et leur isolation comme nous l’avons fait pour Gymnase Jean-Moulin par exemple. Nous réalisons ainsi des économies d’énergie dans le souci de la préservation de notre planète, et nous végétalisons également notre commune pour lutter contre les îlots de chaleurs. Mais comment poursuivre nos investissements avec des finances locales mises à mal par la disparition de la dotation globale de fonctionnement ? Depuis 2014, ce sont plus de 15 millions d’euros que notre commune n’a pas reçus de l’État !

Malgré cela, il est demandé aux communes de prendre en charge de plus en plus de prestations et de missions normalement à la charge de l’État : la réalisation des cartes d’identité et des passeports, la construction et l’entretien des écoles, la désertification médicale… L’État nous invite également a remplacer ses services publics qu’il ferme ou qu’il réduit les uns après les autres : les bureaux de postes, les agences locales de la CPAM, les commissariats de proximité… tout en continuant de réduire les ressources des communes. La Dotation Globale de Fonctionnement n’était pas un cadeau de l’État aux communes, c’était une contrepartie aujourd’hui disparue.

Nous, élus saranais, nous nous refusons d’être contraints de réduire les prestations à la population, de réduire le personnel, ou d’augmenter les impôts locaux. Que devons nous faire ? Fermer des équipements comme notre piscine ou nos gymnases ? Réduire le chauffage dans nos écoles ? Nous refusons d’en arriver là !

Monsieur le Président de la République, nous ne pourrons plus payer ! Seul un soutien total de l’État permettra aux collectivités d’affronter cette crise. Une taxe sur les superprofits générés par les grands groupes de l’énergie s’impose. Nous vous demandons donc de :

  • Sortir le gaz et l’électricité du marché et fixer les prix en fonction de la réalité des coûts de production par EDF
  • Permettre aux collectivités de bénéficier du tarif réglementé pour ne plus être soumises au marché
  • Bloquer le tarif réglementé de l’électricité et du gaz
  • Reconnaître l’électricité et le gaz comme des biens de première nécessité, et interdire les coupures

Voir aussi

Dernière mise à jour : 23 septembre 2022