Accéder à l'Espace famille

Réseaux sociaux

Icone Facebook Icone Twitter Icone YouTube
Icone Instagram Icone LinkedIn Icone Flickr

Info@Saran

Agenda

l m m j v s d
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31
 
 
Ajouter à mon CalendrierSouscrire à Agenda de Saran

Traduire le site

Vous êtes ici

Les élus Saranais votent contre le projet de complexe logistique Sequoia

La société Sequoia a déposé une demande de permis de construire pour la réalisation d'un complexe logistique sur un site d'environ 15 ha situé sur la commune de Gidy en limite des communes de Saran et Ormes. Le projet soumis à évaluation environnementale, a fait l'objet d'une enquête publique du 6 avril au 10 mai 2021. La commune de Saran étant située à moins de 2 km du projet, peut émettre un avis à transmettre dans un délai de 15 jours après la clôture de l'enquête.

Au vu des impacts de ce projet sur la Commune de Saran et après délibération lors du Conseil municipal du 21 mai 2021, un avis défavorable a été prononcé à son encontre. Cet avis sera ensuite transmis dès le mardi 25 mai 2021 au commissaire enquêteur du projet, respectant ainsi le délai de 15 jours à l’issue de l’enquête publique, afin de faire part de la position de la Commune à ce sujet.

Les motifs d'opposition au projet Sequoia

En premier lieu, ce projet impactera fortement le trafic routier. En effet, le dossier indique la création de 59 quais de réception/chargement induisant un trafic PL de l'ordre de 600 véhicules jours. À cela s’ajoutera le trafic de VL pour les employés de l’ordre de 500 véhicules jours au vu de la taille du parking (264 places, trafic aller-retour). Or il existe déjà actuellement des difficultés récurrentes de circulation dans cette zone d’activités pour rejoindre l'autoroute A10, la Tangentielle ou la route d’Ormes. L’aménagement en cours d’un nouveau diffuseur sur l’A10 doit permettre de désengorger l’ensemble du secteur et non de développer de nouvelles zones d’activités. Le projet prévoit une desserte routière du site par un accès unique au nord-est via la rue des Vergers, indiquant que la quasi totalité du trafic arrivera directement de l’A10 via le nouvel échangeur. Or il est fort probable que les marchandises soient ensuite acheminées via le réseau desserte locale, la rue du Champ Rouge et la route d’Ormes notamment. Enfin, un accès pompier est indiqué au sud-est via le chemin rural des Pommiers, appartenant pour moitié au domaine privé de la commune de Saran, qui n’a donné aucun accord sur ce passage.

De plus, ce projet aura également un fort impact sur le risque inondation. En effet, l'épisode pluvieux du 30 mai 2016 a provoqué des remontées de nappe notamment au niveau d’Amazon (parcelle riveraine du projet) malgré le fait que les terrains de la zone ne soient pas répertoriés par le BRGM comme sensibles aux phénomènes de remontées de nappe. Cet épisode météorologique a également mis en lumière les difficultés d'infiltration du sous sol au nord de la métropole orléanaise et du risque d’écoulements superficiels en cas de fortes pluies. Il est donc étonnant que le projet, visant à imperméabiliser fortement le site et donc augmenter fortement le débit des eaux de ruissellement, prévoit la gestion de ces eaux pluviales par infiltration dans des bassins paysagers dont le dimensionnement semble relativement faible. Par ailleurs, le site est traversé par un talweg qui permet l’écoulement des eaux lors des épisodes pluvieux, dont la capacité et la fonctionnalité ne semble pas avoir été pris en compte dans le projet. 

Aussi, il paraît étonnant que ce projet, implanté en dehors du territoire d’Orléans Métropole, rejette ces eaux usées, estimées à 125 équivalent habitants, dans le réseau métropolitain afin d’être traitées dans la station d’épuration de la Chapelle-Saint-Mesmin. La commune de Gidy dispose pourtant d’une station d’épuration sur son territoire communal d’une capacité de 1500 équivalent habitants.

Il est également à noter que ce projet s’implante sur un foncier dont près de 90% est considéré comme une zone humide dont les fonctions biologiques sont d’intérêt faible à modéré. L’inventaire écologique a ainsi recensé plusieurs espèces protégées notamment 23 espèces d’oiseaux nicheuses possibles, probable ou certaines. Par mesure de compensation, une nouvelle zone humide sera aménagée à proximité pour restaurer l’équivalence écologique sur une emprise agricole partiellement exploitée.

L'interprétation de Monsieur le Maire de Gidy est surprenante, concernant les bandes de 20 à 30 m sur les limites Nord et Ouest du site, classées en Espace Boisé Classé (EBC) au PLU de Gidy. En effet, dans son courrier du 30 mars 2020, il indique au porteur de projet, que ces bandes de protection « sont des zones à neutraliser (sols devant demeurer perméables) mais en aucun cas à reboiser ». Le projet aménagera donc les voies d'accès pompiers, en revêtement perméable (empierrement), au sein de ces espaces. Or les EBC sont encadrés par l'article L 113-1 du code de l'urbanisme et leur classement interdit tout changement d'affectation ou tout mode d'occupation du sol de nature à compromettre la conservation, la protection ou la création des boisements. Dans le PLU intercommunal de la Communauté de Communes Beauce Loirétaine, dont fait partie la commune de Gidy, approuvé le 25 mars 2021, les EBC sur le site du projet ont été fortement réduits et n'impactent plus qu'une bande de moins de 5 m de large. 

De surcroît, la politique à l’échelle nationale est de limiter l’artificialisation des sols et la consommation d’espace naturels et agricoles. Les orientations du Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) d’Orléans Métropole visent ainsi à préserver les zones agricoles, et par conséquent limitent le développement de nouvelles zones réservées au développement économique. Ces orientations sont prises en compte dans l’élaboration du PLU métropolitain (PLUm) et installer cette zone en limite de la Métropole d’Orléans est un non-sens. 

Aussi, au regard de son fort impact négatif sur la commune de Saran, le Conseil municipal du vendredi 21 mai 2021 a prononcé un avis défavorable à ce projet.

Alors que Maryvonne Hautin, maire de Saran, a récemment rencontré et soutenu des habitants de Gidy opposés à la réalisation du complexe, le Conseil municipal de Gidy a finalement, lui aussi, émit un avis défavorable sur ce dossier.

La Ville et ses élus suivront de près les prochaines étapes de ce projet ainsi que ses conséquences sur la Commune et ses habitants.

Avis sur le projet de la société Sequoia

Dernière mise à jour : 21 mai 2021